Collaboration inter Eglise

On m’a demandé un édito pour la feuille paroissiale catholique des montagnes neuchâteloises. Je le publie aussi ici.

En matière d’œcuménisme et de collaboration inter Eglises, l’ambiance est devenue plutôt frileuse. C’est dommage, pour au moins trois raisons :

D’abord, parce que les chrétiens qui gardent un lien régulier et engagé avec leur Eglise, pour qui la foi au Christ est fondamentale, ne sont plus si nombreux. De toute évidence, l’heure n’est plus au repli ou à la suspicion. Se reconnaître les uns les autres, collaborer, n’est plus un luxe mais la nécessité d’une minorité.

Ensuite, parce qu’aucune tradition d’Eglise ne peut prétendre détenir à elle seule toute la richesse de l’Evangile ; cette richesse est dispersée dans la multiplicité des Eglises. Nous avons besoin d’apprendre et de nous enrichir les uns des autres. Il n’y a pas à avoir peur : un catholique peut collaborer avec un évangélique en restant catholique… et réciproquement. L’unité n’empêche pas la diversité, mais au contraire en souligne la richesse.

Finalement, parce que les chrétiens, ensemble, ont à témoigner d’un message magnifique : celui de l’Evangile. Notre société, trop encline au « à quoi bon », a besoin de ce message de pardon, d’espérance et de joie. Notre société a besoin de voir les chrétiens vivre de et pour cet Evangile. Et puis, ne sommes-nous pas appelés à être ‑ ensemble ‑ sel de la terre et lumière du monde ?

Daniel

Laisser un commentaire