La méditation de la semaine (9)

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)


Abonnez-vous à la méditation de la semaine en version audio par Whatsapp

 

« En fait, c’est une patrie meilleure qu’ils cherchaient, c’est la patrie du ciel. » Hébreux 11:16

Bonjour à toutes et à tous,

Dans le top 10 des clichés sur la Suisse, on retrouve en bonne place les vaches, juste derrière le fromage et le chocolat, deux produits à base de lait de vache, justement. Les montagnes sont également des emblèmes de suissitude. La beauté et la propreté de notre pays font aussi partie des qualités reconnues et appréciées, sans oublier les montres, les banques et le fameux couteau suisse. N’en jetez plus, la coupe est pleine !

En cette veille de fête nationale, il se pourrait que le patriote qui sommeille en nous, se réveille un peu… Pourtant, nous le savons, les clichés ne résistent pas longtemps face à une réalité plus contrastée. Un peu comme cette bonne vieille carte postale représentant un paysage enchanteur qu’on envoyait même si la vue était nettement moins attrayante !

Les humains et les citoyens que nous sommes n’échappent pas à l’utopie de nous croire parfois meilleur que les autres, n’est-ce pas ? Car comme le dit le Cantique suisse « les beautés de la patrie parlent à l’âme attendrie. » Mais ne nous attendrissons pas trop sur tous ces clichés !

Si l’auteur de l’épitre aux Hébreux nous reste inconnu, les destinataires de ces écrits sont eux assez clairement identifiés. Ils s’adressent à des chrétiens d’origine juive, des Hébreux issus du peuple de la promesse, descendants d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Le contexte est semble-t-il celui d’une tendance à un retour à des pratiques sacrificielles ancestrales héritées de leurs pères.

Et c’est donc à partir de ces pères-là, qu’il développe son propos démontrant une constante et une continuité entre la foi des ancêtres et celle dont le Christ est l’initiateur, Celui qui la mène à son accomplissement. Pourtant, pour l’auteur, il n’y a aucune commune mesure entre l’ancien, le passé et le futur, entre le présent visible et l’invisible espérance de la cité à venir.

Clairement, cette Parole nous invite à garder nos yeux fixés sur le Christ et sur la promesse de résurrection dont il est porteur. Il ne s’agit pas de vivre dans l’illusion d’une pleine et immédiate réalisation dans nos patries et nos possessions terrestres.

Car contrairement aux paroles du Cantique suisse, ce ne sont pas des grands monts que vient le secours. Rien ne sert non plus de garder la foi des aïeux, de vivre comme eux et de mettre ses biens, son cœur et sa vie sur l’autel de la patrie pour obtenir le trésor précieux que Dieu bénira des cieux.[1]

Le croyant est une personne qui n’oriente pas seulement sa vie selon les réalités visibles, présente et passée. Elle est entièrement tournée vers un avenir, un devenir encore à réaliser, un accomplissement, une complétude dont Jésus, le Christ est le pionnier.

Loin des clichés, des traditions ou d’un patriotisme béat, restons debout, en marche à la suite du Christ et à la recherche d’une meilleure patrie. « Je préfère donc bien plutôt mettre ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure[2] », écrivait un autre juif du premier siècle.

Bonne journée à toutes et à tous !

Amitiés,

Luc                                                                            Cormoret, le 31 juillet 2020

[1] Extraits de la 4e strophe du Cantique suisse. Le voici en intégralité :

Des grands monts vient le secours;
Suisse, espère en Dieu toujours!
Garde la foi des aïeux, Vis comme eux!
Sur l’autel de la patrie
Mets tes biens, ton cœur, ta vie!
C’est le trésor précieux
C’est le trésor précieux
Que Dieu bénira des cieux,
Que Dieu bénira du haut des cieux.

[2] 2 Corinthiens 12 :9

Pensée quotidienne (116)

Continuez à vous aimer les uns les autres comme des frères et des sœurs. N’oubliez pas de pratiquer l’hospitalité. En effet, en la pratiquant, certains ont accueilli des anges sans le savoir. (Hébreux 13 :1-2)

N’oublie pas ! L’amour n’est rien s’il n’est pas pratiqué. Ouvrir sa porte, accueillir chez soi, offrir un repas ou le gîte, peut réserver de belles surprises. « C’est en donnant… qu’on reçoit » priait François d’Assise. Continue d’aimer et n’oublie pas qu’en pratiquant l’hospitalité, des messagers de Dieu peuvent s’arrêter chez toi !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (115)

Il change le désert en étang et la terre desséchée en sources. (Psaume 107 :35)

Qui peut empêcher le malheur ? Personne, pas même Dieu. Mais ce constat n’est nullement fataliste pour celui qui connaît Dieu et se confie en Lui. Au contraire, Il se manifeste toujours comme le Créateur des métamorphoses, capable de changer le désert en étang. Le croyant ne redoute aucun mal, car aucun malheur ne saura venir à bout de la bonté de Dieu à son égard.

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (114)

Nous tâtonnons comme des aveugles le long d’un mur, nous tâtonnons comme des gens sans yeux ; nous trébuchons à midi comme au crépuscule, au milieu de l’abondance nous sommes comme les morts. (Esaïe 59:10)

La clarté du jour ne suffit pas à faire de l’humain quelqu’un qui voit clair. En fait, la cécité provient de son cœur. En accouchant du mal, de l’injustice, du mensonge, de la violence, il s’enferme dans l’obscurité. La libération survient en admettant sa responsabilité de veiller sur sa conduite pour rester lucide et clairvoyant !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (113)

Saluez-vous les uns les autres avec affection, comme des frères et des sœurs. Que la paix vous soit donnée à vous tous qui appartenez au Christ !      (1 Pierre 5:14)

L’acte de se saluer est presque banal. Sauf qu’en 2020, Covid-19 est passé par-là et a bouleversé nos rituels de salutations. Une occasion de questionner ce qui ressemble souvent à une simple convention sociale. Et si nous en profitions pour redécouvrir le vrai sens d’une salutation chrétienne qui émane du cœur en souhaitant la paix, le « shalom » et la grâce à l’autre ?

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

La méditation de la semaine (8)

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)


Abonnez-vous à la méditation de la semaine en version audio par Whatsapp

« Arrêtez, et sachez que je suis Dieu ! Je domine sur les nations, je domine sur la terre. » Psaume 46:11

Bonjour à toutes et à tous,

Arrêtez ! Cette injonction peut entraîner des réactions diverses… Le plus souvent, on constate une résistance voire carrément une ignorance face à un ordre qui paraît absurde. Car arrêter un véhicule en marche, une activité, une guerre, un travail en cours ou une économie florissante pour certains n’est pas simple. Dans le feu de l’action et avec la pseudo-maîtrise pseudo-rationnelle de tout l’existant que l’homme moderne s’est forgée, abandonner son affairement et sa course effrénée est délicat. Arrêter, c’est délaisser l’illusion de la maîtrise et de la toute-puissance.

Nous sommes en 2020 et cette année n’est pas vraiment comme les autres. Peut-être même qu’elle constituera un tournant… Nombre de choses se sont arrêtées et nul n’aurait imaginé qu’elles puissent se retrouver immobilisées un jour. Qui aurait pu songer un instant voir toutes les flottes de l’aviation civile clouées au sol, à l’arrêt ?

Et même si depuis quelque temps, les « affaires » ont (malheureusement ?) repris, j’aimerais ne pas rester conforme au siècle présent, mais me laisser transformer et renouveler dans mon intelligence par ce qu’il vient de se passer[1]. Tant de choses que l’on faisait sans se poser de question se sont arrêtées. Tant de manières de vivre se sont modifiées.

« Arrêtez, et sachez que je suis Dieu ! » Arrêter pour considérer l’Autre et connaître qui est Dieu. Voici une immobilité libératrice ! C’est se confronter à une limite qui sauve. L’arrêt permet de reconnaître qu’il y a Quelqu’un d’autre qui existe en dehors de moi et qui surpasse toutes mes actions et toutes les choses futiles de ce monde-ci. Arrêter de croire que je peux tout et que je suis tout. Enfin sauvé !

Dans le contexte du psaume 46, Dieu intime l’ordre d’arrêter les combats, de casser les arcs, de briser les lances, d’incendier les chars de guerre. Autant de symboles de puissance, de domination que les nations brandissent, se croyant fortes, armées jusqu’aux dents, invincibles. « Arrêtez, et sachez que je suis Dieu ! Je domine sur les nations, je domine sur la terre. »

Pour connaître et savoir qui est Dieu, il faut abandonner, laisser tomber ce que nous pensons détenir par nos propres forces, nos propres moyens. C’est aussi cela la crainte de l’Eternel et elle est le commencement de la sagesse, nous dit le livre des Proverbes[2]. Laisser aller notre ambition de maîtrise et le côté rationnel et rassurant du faire, pour se laisser rencontrer par le seul abri et le seul appui qui vaille.

Car le sens de l’existence se trouve dans le calme et la méditation. La vie spirituelle, c’est l’immobilité qui donne du sens à notre action. Arrêter n’est donc pas si grave. C’est juste remettre les choses dans le bon ordre et nous replacer à notre juste place.

Bonne journée à toutes et à tous !

Amitiés,

Luc                                                                            Cormoret, le 24 juillet 2020

[1] Romains 12 :2

[2] Proverbes 1 :7

Pensée quotidienne (112)

Que le désert et la terre aride manifestent leur joie ! Que le pays sec pousse des cris de joie et se couvre de fleurs aussi belles que les lys ! Oui, qu’il se couvre de fleurs, et qu’il pousse des grands cris de joie ! (Esaïe 35:1-2)

Voir le désert se couvrir de fleurs, les bras fatigués retrouver des forces, les aveugles voir, les sourds entendre, les boiteux sauter, voici la bonne nouvelle que Tu me donnes à entendre aujourd’hui !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (111)

Car celui qui entre dans le repos préparé par Dieu se repose de son travail, comme Dieu s’est reposé du sien. (Hébreux 4:10)

Seigneur, tu penses à mon repos et tu le prépares afin que j’y accède. Donne-moi la sagesse de renoncer au « toujours plus » ou au « encore et encore », pour retrouver le calme et la paix intérieure. Fais-moi comprendre que c’est en venant à Toi que je trouve le repos pour mon âme.

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (110)

Il envoie des ordres sur la terre, sa parole s’élance à toute vitesse. (Psaume 147:15)

Natel C, GSM, 3G, 4G, 5G… En un peu plus de trente ans, la vitesse de transfert de la téléphonie mobile a été multipliée par un million. Le changement climatique s’accélère aussi et nous n’y pouvons rien ou si peu…

Ayons avant tout la sagesse d’écouter la parole du Créateur qui s’élance à toute vitesse !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp