Pensée quotidienne (113)

Saluez-vous les uns les autres avec affection, comme des frères et des sœurs. Que la paix vous soit donnée à vous tous qui appartenez au Christ !      (1 Pierre 5:14)

L’acte de se saluer est presque banal. Sauf qu’en 2020, Covid-19 est passé par-là et a bouleversé nos rituels de salutations. Une occasion de questionner ce qui ressemble souvent à une simple convention sociale. Et si nous en profitions pour redécouvrir le vrai sens d’une salutation chrétienne qui émane du cœur en souhaitant la paix, le « shalom » et la grâce à l’autre ?

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

La méditation de la semaine (8)

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)


Abonnez-vous à la méditation de la semaine en version audio par Whatsapp

« Arrêtez, et sachez que je suis Dieu ! Je domine sur les nations, je domine sur la terre. » Psaume 46:11

Bonjour à toutes et à tous,

Arrêtez ! Cette injonction peut entraîner des réactions diverses… Le plus souvent, on constate une résistance voire carrément une ignorance face à un ordre qui paraît absurde. Car arrêter un véhicule en marche, une activité, une guerre, un travail en cours ou une économie florissante pour certains n’est pas simple. Dans le feu de l’action et avec la pseudo-maîtrise pseudo-rationnelle de tout l’existant que l’homme moderne s’est forgée, abandonner son affairement et sa course effrénée est délicat. Arrêter, c’est délaisser l’illusion de la maîtrise et de la toute-puissance.

Nous sommes en 2020 et cette année n’est pas vraiment comme les autres. Peut-être même qu’elle constituera un tournant… Nombre de choses se sont arrêtées et nul n’aurait imaginé qu’elles puissent se retrouver immobilisées un jour. Qui aurait pu songer un instant voir toutes les flottes de l’aviation civile clouées au sol, à l’arrêt ?

Et même si depuis quelque temps, les « affaires » ont (malheureusement ?) repris, j’aimerais ne pas rester conforme au siècle présent, mais me laisser transformer et renouveler dans mon intelligence par ce qu’il vient de se passer[1]. Tant de choses que l’on faisait sans se poser de question se sont arrêtées. Tant de manières de vivre se sont modifiées.

« Arrêtez, et sachez que je suis Dieu ! » Arrêter pour considérer l’Autre et connaître qui est Dieu. Voici une immobilité libératrice ! C’est se confronter à une limite qui sauve. L’arrêt permet de reconnaître qu’il y a Quelqu’un d’autre qui existe en dehors de moi et qui surpasse toutes mes actions et toutes les choses futiles de ce monde-ci. Arrêter de croire que je peux tout et que je suis tout. Enfin sauvé !

Dans le contexte du psaume 46, Dieu intime l’ordre d’arrêter les combats, de casser les arcs, de briser les lances, d’incendier les chars de guerre. Autant de symboles de puissance, de domination que les nations brandissent, se croyant fortes, armées jusqu’aux dents, invincibles. « Arrêtez, et sachez que je suis Dieu ! Je domine sur les nations, je domine sur la terre. »

Pour connaître et savoir qui est Dieu, il faut abandonner, laisser tomber ce que nous pensons détenir par nos propres forces, nos propres moyens. C’est aussi cela la crainte de l’Eternel et elle est le commencement de la sagesse, nous dit le livre des Proverbes[2]. Laisser aller notre ambition de maîtrise et le côté rationnel et rassurant du faire, pour se laisser rencontrer par le seul abri et le seul appui qui vaille.

Car le sens de l’existence se trouve dans le calme et la méditation. La vie spirituelle, c’est l’immobilité qui donne du sens à notre action. Arrêter n’est donc pas si grave. C’est juste remettre les choses dans le bon ordre et nous replacer à notre juste place.

Bonne journée à toutes et à tous !

Amitiés,

Luc                                                                            Cormoret, le 24 juillet 2020

[1] Romains 12 :2

[2] Proverbes 1 :7

Pensée quotidienne (112)

Que le désert et la terre aride manifestent leur joie ! Que le pays sec pousse des cris de joie et se couvre de fleurs aussi belles que les lys ! Oui, qu’il se couvre de fleurs, et qu’il pousse des grands cris de joie ! (Esaïe 35:1-2)

Voir le désert se couvrir de fleurs, les bras fatigués retrouver des forces, les aveugles voir, les sourds entendre, les boiteux sauter, voici la bonne nouvelle que Tu me donnes à entendre aujourd’hui !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (111)

Car celui qui entre dans le repos préparé par Dieu se repose de son travail, comme Dieu s’est reposé du sien. (Hébreux 4:10)

Seigneur, tu penses à mon repos et tu le prépares afin que j’y accède. Donne-moi la sagesse de renoncer au « toujours plus » ou au « encore et encore », pour retrouver le calme et la paix intérieure. Fais-moi comprendre que c’est en venant à Toi que je trouve le repos pour mon âme.

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (110)

Il envoie des ordres sur la terre, sa parole s’élance à toute vitesse. (Psaume 147:15)

Natel C, GSM, 3G, 4G, 5G… En un peu plus de trente ans, la vitesse de transfert de la téléphonie mobile a été multipliée par un million. Le changement climatique s’accélère aussi et nous n’y pouvons rien ou si peu…

Ayons avant tout la sagesse d’écouter la parole du Créateur qui s’élance à toute vitesse !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (109)

Quand tu marcheras, ils te guideront. (Proverbes 6 :22)

Les chemins et sentiers pédestres et leurs fameux losanges jaunes jalonnent mes marches depuis mon enfance. J’ai de la reconnaissance à l’endroit des bénévoles qui année après année entretiennent le balisage des sentiers. Merci à mes parents qui m’ont emmené sur les chemins et m’ont enseigné à suivre Le chemin, La vérité et La vie !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

La méditation de la semaine (7)

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)


Abonnez-vous à la méditation de la semaine en version audio par Whatsapp

« La justice fera naître la paix, elle apportera la tranquillité et la sécurité pour toujours. Le peuple du Seigneur habitera dans un endroit paisible, dans des maisons sûres, dans des lieux tranquilles. » Esaïe 32:17-18

Bonjour à toutes et à tous,

L’autre jour, j’étais invité chez des amis pour une fondue. Nous avons passé une soirée tranquille sur leur jolie terrasse abritée et paisible ; des instants d’amitié inestimables et tellement bienfaisants.

Mes amis m’ont raconté leur attachement pour un pays lointain, l’Afrique du Sud. Leur récit touchant et passionnant m’a captivé. En effet, ce pays d’une richesse minière prodigieuse (notamment or, diamant et uranium) et d’une beauté inouïe, connaît un taux d’inégalité des plus élevés au monde. Malgré une économie parmi les plus développés du continent africain, le pays a connu un appauvrissement général de la population au cours des trente dernières années. 40 % des villes sont composées de « townships[1] » et la différence entre les riches et les pauvres est très visible. Mes amis témoignaient du choc que cela a représenté pour eux. La corruption et les écarts entre les deux classes sociales sont à l’origine de beaucoup de tensions. À Soweto, au sud-ouest de Johannesburg, le plus grand « township » du pays compte plus d’un million d’habitants. Il comprend également des résidences de personnes aisées, issues elles-mêmes du « township ». Leurs luxueuses maisons sont entourées d’un mur d’enceinte, surmonté de fils de fer barbelés et d’une clôture électrifiée. Choquant…

Le prophète Esaïe nous parle d’habiter dans un endroit paisible, dans des maisons sûres et des lieux tranquilles. Qui n’aspire pas à vivre dans la tranquillité et la paix ? Sauf que dans bien des cas, cela se conçoit en se prémunissant contre l’inquiétude et les tensions générées par les injustices et les inégalités, comme le rapportaient mes amis.

La parole de Dieu transmise par le prophète et adressée aux habitants de Judas est un appel à la justice sociale et à la responsabilité comme remparts contre les menaces qui pèsent sur eux. Rien ne sert de mettre sa confiance dans des stratégies d’alliances politiques ou des mesures de sécurité. Seule la justice fera naître la paix apportant la tranquillité et la sécurité.

Notre siècle se caractérise notamment par des inégalités sociales jamais atteintes et pas seulement en Afrique de Sud. Dans nos pays riches, on nous sert volontiers un argumentaire sécuritaire, la construction de murs et la fermeture des frontières, comme des solutions à notre sentiment d’insécurité. Foutaise ! Excusez ces propos un peu acerbe, mais j’éprouve une vraie colère devant l’ignominie et l’inconséquence de certains dirigeants politiques et autres décideurs. Il ne peut y avoir de tranquillité et de paix sans justice !

Sans nier la complexité des problèmes et le défi de faire évoluer les mentalités des pauvres comme celles des riches, attachons-nous à agir dans notre sphère d’influence pour davantage de justice sociale, d’équité et d’éthique. Ne nous lassons pas d’aimer en vérité !

« Alors ta lumière poindra comme l’aurore, et ton rétablissement s’opérera très vite.
Ta justice marchera devant toi et la gloire du SEIGNEUR sera ton arrière-garde. »[2]

Car le jeûne que Dieu aime « c’est partager ton pain avec celui qui a faim, c’est ouvrir ta maison aux pauvres et aux déracinés, c’est fournir un vêtement à celui qui n’en a pas, c’est ne pas te détourner de celui qui est ton frère. »[3]

Bonne journée à toutes et à tous !

Amitiés,

Luc                                                                            Cormoret, le 17 juillet 2020

[1] Le township désigne, en Afrique du Sud, des quartiers pauvres et sous-équipés réservés aux non-Blancs. Ces zones urbaines sont principalement occupées par des populations noires ou coloured, mais aussi par des travailleurs indiens déplacés de force au nom des lois sur l’Apartheid. Source : Wikipédia

[2] Esaïe 58 :8

[3] Esaïe 58 :7

Pensée quotidienne (108)

Un rameau sort du vieux tronc de Jessé, une nouvelle pousse sort de ses racines. (Esaïe 11 :1)

Phénomène étrange encore…

Un vieux tronc qui fait une nouvelle pousse ! Improbable promesse et pourtant j’ai devant mes yeux étonnées une réalisation de cette Parole !

Seigneur, toi l’Artiste de la vie, laisse-moi croire encore à tes promesses de renouveau !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Pensée quotidienne (107)

Mais quelle œuvre étrange, quel travail inhabituel ! (Esaïe 28 :21)

Le Créateur de l’univers a le chic pour nous surprendre. Son œuvre est insolite, son travail étrange. En plaçant l’homme de Nazareth, Jésus-Christ, comme fondation et pierre d’angle solide et sûr, il en a surpris plus d’un. Si bien que les gens l’ont simplement rejeté. Mais Dieu l’a choisi car elle est précieuse à ses yeux. Et si on s’approchait de cet « étrange » Jésus ? Il paraît que celui qui le prend pour appui n’a pas de souci à se faire !

Je veux recevoir la pensée quotidienne par WhatsApp

Eglises pour multinationales responsables

Cette nouvelle catégorie d’articles voudraient rapporter comment des chrétiens de divers horizon traduisent dans leur actes cette parole de Jésus: « Mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique (Luc8.21). »

14.07.2020

Le Réseau évangélique, l’Eglise évangélique réformée de Suisse et la Conférence des évêques suisses soutiennent le projet

Vous pouvez consulter la brochure d’information en cliquant ici