Activités et événements communautaires


Aller directement à la rubrique:

Événements communautaires uniques ou répétitifs


Samedi 14 décembre à 19h

Fête de Noël de l’École du Dimanche.

Invitation cordiale à toutes et à tous.


Samedi 11 janvier à 18h30

Souper-tripes


12 au 19 janvier: semaine universelle de prière (SUP 2020)

Le Réseau évangélique de La Chaux-de-Fonds propose des rencontres de prière, tous les soirs de semaines à 20h à 21h15:

  • Lundi 13 : Local de l’Évangélisation populaire, avec la Stadtmission
    Mardi 14 : Local du Réveil, avec la MEAD
    Mercredi 15 : Local de l’Eglise Libre
    Jeudi 16 : A la Chapelle des Bulles, avec Welcome
    Vendredi 17 : Local de l’Armée du Salut

Vendredi 6 mars 2020

Journée mondiale de prière (JMP) 2020. La liturgie de cette année est proposée par les femmes du Zimbabwe.

Le site JMP suisse.

  • Sur La Chaux-de-Fonds: heure et lieu encore à définir
  • St-Brais, organisation par le groupe œcuménique Jura

Tous les dimanches à 9h30

La prière avant le culte a lieu tous les dimanches depuis le 8 septembre jusqu’au 15 décembre.

Exception: le 6 octobre (fête annuelle) et le 8 décembre (il n’y a pas de culte aux Bulles).

Ces rencontres se tiennent à la chapelle, dans le local des jeunes (tout en haut) de 9h30 jusqu’à 9h55.

Invitation à tous!


Un mercredi par mois: venez pratiquer la louange

(cliquer sur le flyer pour l’agrandir)

(Cliquer pour agrandir)

Chacun est invité à se joindre à une équipe sympa qui se réunit pour louer Dieu par le chant.

Haut de la page



Cultes


Dimanche 8 décembre 9h45 au Grand Temple

Culte en commun avec les églises du Réseau évangélique et de la paroisse réformée. PAS DE CULTE A LA CHAPELLE.

(Attention, le lieu  a été modifié: ce n’est plus Farel mais bien le Grand Temple)

Programme adapté au 5-12 ans, garderie pour les 0-4 ans.


Dimanche 15 décembre 10h

Culte du troisième dimanche de l’Avent.


Dimanche 22 décembre 10h

Culte du quatrième dimanche de l’Avent.


Mercredi 25 décembre 10h

Culte de Noël

Dimanche 29 décembre 10h

Culte


Dimanche 5 janvier 10h

Culte. Rétrospective. Clôture du 125e.


Dimanche 12 janvier 10h

Culte. Sainte-Cène.


Dimanche 19 janvier 9h45 Farel

Célébration œcuménique organisée par le Conseil chrétien dans le cadre de la semaine de prière pour l’unité. PAS DE CULTE A LA CHAPELLE.


Dimanche 19 janvier 10h La Chaux-d’Abel (chapelle mennonite)

Célébration œcuménique organisée par le groupe œcuménique Jura. PAS DE CULTE A LA CHAPELLE.


Dimanche 26 janvier 10h

Culte. Animation du groupe de jeunes


Haut de la page

Hors communauté

Il se passe beaucoup de choses dans le monde chrétien… Sont publiées ci-dessous les nombreuses invitations que nous recevons. A chacun de voir ce qui l’intéresse… sachant qu’il est toujours bienfaisant de « sortir de sa chapelle »


Mercredi 11 décembre

19h30 – Centre paroissial Farel, Temple-Allemand 25, grande salle.

Conférence d’Elise Cairus « La parentalité comme cheminement spirituel ».

Organisation: Conseil chrétien de La Chaux-de-Fonds.

Télécharger le flyer.

Mariage

Salomé et Thierry se marient… au Togo. C’est peut-être un peu loin pour participer à la cérémonie (quoique…), mais nous pouvons penser à eux dans nos prières.

Le mariage aura lieu le 19 octobre prochain.

« Cherchez d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus (Mt 6 v 33 »

 

Aumônerie et espérance – Par Pauline

Cet hiver, j’ai effectué un stage «découverte» en aumônerie dans le domaine de l’éducation spécialisée. J’ai suivi des aumôniers dans plusieurs institutions pour des personnes avec handicap mental. J’en ai profité pour réfléchir au lien entre aumônerie et espérance, depuis que quelqu’un m’a demandé si je me voyais, en tant qu’aumônière, comme «porteuse d’espérance».

L’aumônier espère-t-il pour les autres ? Peut-être.
L’aumônier espère-t-il avec les autres ? Sûrement.
L’aumônier espère-t-il par les autres ? Oui, aussi !
Car l’aumônier a une fenêtre privilégiée sur la vie spirituelle des personnes.

Qu’est-ce qu’ « espérer », qu’est-ce que l’espérance ?

Esperar, en espagnol, signifie «attendre». J’aime penser l’espérance comme une attente confiante de ce qui n’est pas encore (ou pas complètement) présent, mais qui vient sûrement.

Espérer, c’est croire en attendant ; espérer, c’est attendre en croyant.
Attendre avec confiance.
L’espoir, c’est espérer quelque chose dont on ne sait pas la probabilité. L’espérance, c’est espérer ce qui vient. La femme enceinte a l’espérance que l’enfant qui grandit dans son sein va venir, il est déjà là tout en n’étant pas encore là !
Quel est l’objet de mon espérance en tant qu’aumônière ?
Qu’est-ce que j’espère, qu’est-ce que j’attends avec confiance ?
J’attends bien sûr le chocolat chaud des quatre heures, la rencontre du lendemain, le week-end à la montagne. Et plus largement, j’attends avec confiance le jour où il n’y aura plus ni larmes, ni mort, ni deuil, ni cri, ni douleur (Ap 21). Ce jour viendra dans le monde nouveau, où Dieu rassemblera toutes choses en Christ (Eph 1). Avec le retour du Seigneur, viendront de nouveaux cieux et une nouvelle terre. J’espère le retour du Seigneur ! Ce jour n’est pas encore venu mais il vient : je le crois et m’en réjouis. Ce dont je me réjouis le plus, dans l’avènement de ce monde nouveau, c’est que nous serons tous rassemblés : riches et pauvres, hommes et femmes, malades et bien-portants, personnes handicapées et non-(encore ?) handicapées.
Ce que j’espère accomplir, c’est relier les hommes avec Dieu et les hommes entre eux. Être une présence qui chemine avec l’autre, dans son chemin vers Dieu et dans son chemin vers les autres. À la Cité du Genévrier, l’une des maisons où j’étais en stage : à une activité de l’aumônerie durant le temps de l’Avent, R., monsieur d’une cinquantaine d’années avec une déficience intellectuelle, m’a attrapé la main et m’a dit : «Je suis tellement content de te connaître, Pauline.» Cela faisait juste vingt minutes que nous nous étions rencontrés. Je suis touchée par la profondeur de présence de cet homme et par la manière dont il manifeste aux personnes qui l’entourent à quel point elles sont aimées. C’est dans ces situations que j’espère par les autres.
La bonne nouvelle : pas besoin d’être aumônier pour espérer ! Nous sommes tous porteurs d’espérance, lorsque nous attendons avec confiance la visite du Seigneur.

Lausanne, le 5 mars 2019, Pauline

Collaboration inter Eglise

On m’a demandé un édito pour la feuille paroissiale catholique des montagnes neuchâteloises. Je le publie aussi ici.

En matière d’œcuménisme et de collaboration inter Eglises, l’ambiance est devenue plutôt frileuse. C’est dommage, pour au moins trois raisons :

D’abord, parce que les chrétiens qui gardent un lien régulier et engagé avec leur Eglise, pour qui la foi au Christ est fondamentale, ne sont plus si nombreux. De toute évidence, l’heure n’est plus au repli ou à la suspicion. Se reconnaître les uns les autres, collaborer, n’est plus un luxe mais la nécessité d’une minorité.

Ensuite, parce qu’aucune tradition d’Eglise ne peut prétendre détenir à elle seule toute la richesse de l’Evangile ; cette richesse est dispersée dans la multiplicité des Eglises. Nous avons besoin d’apprendre et de nous enrichir les uns des autres. Il n’y a pas à avoir peur : un catholique peut collaborer avec un évangélique en restant catholique… et réciproquement. L’unité n’empêche pas la diversité, mais au contraire en souligne la richesse.

Finalement, parce que les chrétiens, ensemble, ont à témoigner d’un message magnifique : celui de l’Evangile. Notre société, trop encline au « à quoi bon », a besoin de ce message de pardon, d’espérance et de joie. Notre société a besoin de voir les chrétiens vivre de et pour cet Evangile. Et puis, ne sommes-nous pas appelés à être ‑ ensemble ‑ sel de la terre et lumière du monde ?

Daniel